élève dyspraxieLa dysgraphie est trouble affectant l’écriture de l’enfant. Elle se traduit par un tracé difficile pouvant être illisible et par une lenteur à écrire une phrase simple. En général, la dysgraphie est découverte chez l’enfant lorsqu’il commence l’apprentissage de l’écriture à l’école. La dysgraphie n’est aucunement liée à un trouble intellectuel ou psychologique. La dysgraphie peut être présente dès la naissance et évolutive ou être secondaire parfois à une autre pathologie.

En savoir plus à propos de la dyspraxie les diagnostics et les traitements

Pourquoi un enfant peut-il être dysgraphique ?

L’écriture relève d’une activité motrice fine. Elle s’apprend sur une longue période et reste assez complexe. Lorsqu’un enfant est dysgraphique, il ne peut pas automatiser l’écriture et s’en servir d’outil pour l’apprentissage ou l’expression. Plusieurs causes sont possibles concernant cet handicap comme :

  • Une mauvaise perception
  • Une immaturité
  • Des problèmes de latéralité
  • Une mauvaise posture pendant l’écriture
  • Une mauvaise tenue du stylo
  • Des difficultés existantes comme la dyspraxie, la dyslexie, un handicap visuel ou auditif, une pathologie cérébrale, etc.

 

Le diagnostic de la dysgraphie

Il existe plusieurs sortes de dysgraphie comme :

  • La dysgraphie raide quand il existe une tension pendant l’écriture la rendant hypertonique
  • La dysgraphie molle quand le tracé est irrégulier et que la formation des lettres laisse à penser qu’il y a négligence dans le travail effectué
  • La dysgraphie lente et précise quand le graphisme est trop régulier et que l’effort est épuisant
  • La dysgraphie impulsive quand la façon d’écrire est trop rapide et que le texte n’est plus structuré.

Le professionnel de santé observe l’enfant lorsqu’il écrit. Il constate que ce même enfant produit un grand nombre d’efforts et doit se contrôler en permanence pour que son écriture soit relativement satisfaisante. Il observe ensuite les phrases écrites par l’enfant et peut poser son diagnostic une fois que plusieurs de ces conditions sont réunies. Le problème n’est pas qu’un enfant écrive mal mais c’est qu’il doive produire un effort énorme pour écrire car il n’a pas acquis l’automatisation du geste. On parle alors de dysgraphie qui est un trouble durable, persistant et sévère.

Les différentes méthodes pour diagnostiquer une dysgraphie

Lorsqu’une dysgraphie est suspectée chez un enfant, un professionnel de santé va l’observer pendant son travail d’écriture. Un bilan orthophonique est pratiqué ainsi qu’un bilan pluridisciplinaire incluant la recherche de troubles neurologiques, psychologiques psychomoteurs, etc. Quand la dysgraphie est diagnostiquée, il est nécessaire d’évaluer sa gravité. Si elle est sévère, l’enfant sera ensuite dirigé vers un orthophoniste, un ergothérapeute ou un psychomotricien pour commencer une rééducation adaptée.

D’autres sujets pouvant vous intéresser :