Les aides scolaires pour un enfant dysgraphique ?

La dysgraphie est un trouble de l’apprentissage de l’écriture. Un enfant dysgraphique a besoin d’une aide scolaire pour réussir à l’école. La graphothérapie est une des rééducations possibles de l’écriture. On estime que 25% des enfants présentent des difficultés d’écriture et que 9% des enfants sont diagnostiqués dysgraphiques.

Julian Ajuriaguerra, neuro-psychiatre est le premier à avoir donné une définition de la dysgraphie : « est dysgraphique un enfant chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors que généralement aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience ».

Les tests pour dépister une dysgraphie sont :

  • L’échelle d’Ajuriaguerra
  • L’échelle ADE
  • L’échelle BHK

Plusieurs professionnels sont aptes à travailler sur les difficultés graphiques : psychomotriciens, ergothérapeutes, graphopédagogues, graphothérapeutes, orthophonistes. Cela va dépendre du profil de l’enfant.

La dysgraphie fait partie des « troubles dys »* telles que la dyslexie, la dyspraxie, la dysorthographie… auxquels elle est fréquemment associée.

A lire : : HISTOIRE2COMPRENDRE.pdf

Les symptômes de la dysgraphie

Sur les photos ci-après vous allez voir des avant/après rééducation en graphothérapie. Vous allez constater par vous-même qu’une difficulté d’écriture peut se traduire de différentes manières. 

Dans ces écritures vous  observez des signes d’alerte :

  • une écriture trop petite ou trop grande
  • des difficultés dans la gestion de l’espace (non respect des marges, des espaces entre les mots et entres les lignes)
  •  la proportions des lettres ne sont pas respectées
  • l’écriture n’est pas sur la ligne
  •  les différents alphabets sont confondus
  • les liaisons entres lettres sont saccadées, l’enfant lève le crayon entre chaque lettre
  • le trait est baveux, empâté, sale, tremblé…
  • il y a des retouches
  • la pression sur l’outil scripteur n’est pas maîtrisée
  • les lettres ont des inclinaisons variables
  • il y a des inversions de lettres
  • il a des lettres qu’on confond ou qu’on ne reconnaît pas
  • il y a des oublis de lettres
  • au fur et à mesure de la copie, l’écriture se dégrade.
dysgraphie adolescent que faire

Pour l’écriture ci-contre, vous allez sûrement penser “elle est jolie”, “elle est lisible”, “elle n’a pas besoin d’une rééducation graphique”. Effectivement, il n’y a pas de difficultés au niveau de la lisibilité mais cette écriture est lente et douloureuse. Il n’est pas possible  de s’en rendre compte  juste en regardant l’écriture, seul.e un.e professionnel.le pourra poser le diagnostic de dysgraphie.

Il est donc important de regarder la tenue du crayon, le placement de la main, le placement de la feuille, la posture lors des activités d’écriture et de demander à l’enfant s’il éprouve des douleurs ou une fatigue lorsqu’il écrit. Si il a des difficultés sur ces différents points, il est bon de consulter même si l’écriture est lisible.

Une écriture doit être lisible, rapide (en concordance avec son âge), sans douleur ni fatigue.

Si vous repérez un ou plusieurs de ces difficultés dans l’écriture de votre enfant ou de votre élève, il est important qu’il consulte un spécialiste. L’écriture peut être une source de souffrance, il est donc important d’y remédier au plus tôt.

La double tâche : écrire et écouter en même temps. Pas facile pour un dysgraphique !

 Quand un enfant ne présente pas de troubles graphiques, l’écriture s’automatise. Mais l’enfant dysgraphique n’arrive à ce stade d’automatisation, il a toujours besoin de réfléchir à la formes des lettres, à leur enchaînement…

C’est ce qu’on appelle être en double tâche. Il sera difficile pour lui d’écouter la leçon et écrire en même temps, il aura tendance à faire des erreurs d’orthographe (il sera concentré sur la forme des lettres et ne pourra pas penser à l’orthographe des mots).

Pour vous donner une image, quand vous avez appris à conduire cela était fatiguant pour vous, vous ne pouviez conduire que sur des courtes durées, vous ne pouviez ni écouter de la musique ou parler à quelqu’un. Puis vous avez automatisé cette tâche, elle est devenue moins fatiguante et vous avez pu ensuite tenir une conversation. 

Toutes les dysgraphies ne sont pas totalement rééduquables. Si le geste d’écriture reste toujours trop coûteux cognitivement après une rééducation, alors il faudra envisager pour votre enfant l’utilisation d’un ordinateur en classe et à la maison, équipé d’une souris scan et des logiciels ad hoc. Seul.e un.e ergothérapeute est à même de vous conseiller au mieux sur l’utilisation ou non d’un ordinateur.

Questions à poser à l’enfant ou à l’adolescent pour poser un diagnostic de dysgraphie

Vous pouvez poser ces questions à votre enfant ou élève pour mieux connaître son rapport à l’écriture et ses difficultés :

  • Aimes-tu écrire ?
  • Aimes-tu ton écriture ?
  • As-tu mal quand tu écris (aux doigts, poignet, bras, cou, dos…) ?
  • As-tu les mains qui transpirent ?
  • Est-ce qu’écrire est fatiguant ?
  • Arrives-tu toujours à te relire ?
  • Les autres arrivent-il a te relire ?
  • Arrives- tu à finir de copier tes leçons à temps ? Et tes contrôles ?

Conseils aux parents d’enfants dysgraphiques

 Si votre enfant présente des difficultés d’écriture, il ne faut pas lui faire faire des lignes d’écriture ! C’est comme reconstruire une maison sur des fondations qui ne sont pas solides, elle finira pas s’effondrer de nouveau.

Il faut chercher les causes de cette difficulté :

  • Une mauvaise tenue du crayon (manque de mobilité des doigts) ?
  • Une motricité fine pas assez développée ?
  • Les formes pré-graphiques sont-elles acquises ?
  • L’enfant a-t-il des problèmes de vue ?
  • Est-il bien latéralisé ?
  • Sa posture et le positionnement de sa feuille sont-ils adaptés ?
  • Utilise-t-il un stylo qui lui convient ? Les lignages sont-ils adaptés ?

Pour vous aider à répondre à ces questions, tournez-vous faire des professionnel.les de la rééducation graphique.

La graphothérapie : une aide scolaire pour améliorer l’écriture de votre enfant

La graphothérapie est le traitement des difficultés d’écriture et de la dysgraphie chez l’enfant, l’adolescent ou même l’adulte. Dans d’autres termes c’est la rééducation fine de l’écriture. L’objectif est d’aider l’enfant à avoir une écriture lisible et rapide (en concordance avec son âge), sans douleur ni fatigue.

L’écriture est importante à tout âge car elle sert à communiquer. Cependant, pour l’enfant, elle reste principalement liée à l’activité scolaire (60% du temps scolaire est en tâche écrite).

En tant que graphothérapeutes nous allons chercher à savoir d’où proviennent ses difficultés grâce à la passation d’un bilan qui permettra de mettre en place un plan de rééducation adapté et/ou de l’orienter vers d’autres spécialistes. Les séances sont hebdomadaires et durent 45 minutes. Elles suivent un plan de rééducation personnalisé et adapté aux difficultés, à la personnalité et à l’âge de l’élève. Les exercices sont ludiques et pédagogiques, nous aborderons la forme des lettres mais sans parler d’écriture. Dans un premier temps, le travail se fera en parallèle de l’écriture. Ces exercices permettent à l’enfant d’acquérir le bon geste, de retrouver le plaisir de l’écriture et de reprendre confiance en soi.

Cet article a été écrit par  Elise Harwal Graphothérapeute : https://eliseharwal-graphotherapeute.com/index.html

Posez vos questions à nos responsables pédagogiques, nous sommes là pour vous aider