Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés? Première piste

Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés?

La dysorthographie met en lien chez l’enfant la compétence orthographique et la lecture ainsi que  la compétence orthographique et l’écriture  en rapport avec le temps. L’apprentissage de la lecture est  antérieur à l’apprentissage de l’écriture. Apprendre à bien écrire prend plus de temps qu’apprendre à lire. En entrant dans le monde de l’école, l’enfant découvre l’univers de l’écrit et la symbolisation du langage. Ce qui n’est pas aisé du fait de la nécessité pour lui de désormais mémoriser des formes écrites perçues, identifiées dans le monde  oral et assimilées à l’oralité.  Il s’agit de quelque chose de nouveau. Il doit pouvoir s’habituer aux nouvelles règles et formes orthographiées, assimiler un alphabet qui ne pourra se prêter à sa créativité. Sous sa forme écrite l’utilisation du langage ne légitime pas l’erreur qui est  rapidement repérée et évaluée. La maîtrise de l’orthographe requiert un certain nombre d’années d’apprentissage. Il faut maîtriser l’orthographe lexicale et grammaticale, pour pouvoir s’impliquer dans l’univers d’un texte inscrit dans la fiction. L’écriture permet d’organiser et développer des raisonnements complexes est en outre un moyen d’expression individuelle artistique, omniprésent au quotidien dans la vie culturelle. Compte tenu de cette complexité, il n’est pas toujours facile de lier les difficultés d’apprentissage des enfants aux troubles dysorthographiques. Par contre on pourra les  rapporter à un certain nombre d’indices spécifiques suivants: troubles durables au niveau de la lecture, décalage persistant avec d’autres enfants du même niveau scolaire, usage de codes d’écriture différente, personnalisée, segmentation aléatoire de mots, de syllabes etc…Toutes ces difficultés apparaissant chez un enfant qui serait par ailleurs bon dans beaucoup d’autres matières et domaines de son développement, incitent à proposer le diagnostic d’un trouble spécifique de la lecture, c’est-à-dire une dyslexie-dysorthographique. Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés?

Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés? 2ème piste

Les compétences de base pour l’apprentissage de l’écriture c’est la symbolisation du langage oral et la capacité de mémorisation des formes écrites. Il est nécessaire également de faire travailler l’enfant sur des compétences linguistiques. Faire prendre conscience que la langue écrite est à la base composée de sons, que l’on peut différencier, et manipuler intentionnellement. L’acquisition des compétences de symbolisation concourt à la véritable prise de conscience phonologique. Dès lors il est loisible à l’enfant de pouvoir isoler un mot dans une chaîne sonore, d’isoler les différents éléments syntaxiques, de contrôler et appliquer les règles grammaticales, apprendre à identifier les homophones, homonymes, synonymes et les différencier. En soutien à ces compétences, Il lui faut acquérir et consolider ses capacités d’adaptation, ses compétences attentionnelles, pour mettre en œuvre sa mémoire transitoire et sa mémoire à long terme. La conscience phonologique est la clé du langage écrit parce qu’ elle fait le lien entre les phonèmes et les graphèmes et permet de développer l’acquisition de l’écriture. A cet effet la compétence attentionnelle doit être sollicitée à deux niveaux : en cours d’apprentissage et en cours de transcription.

Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés? En lien avec la capacité attentionnelle, il faut mettre la lumière sur la capacité visuo-spatiale chez l’enfant affecté par un handicap dysorthographique; un bon déplacement  et une bonne orientation du regard sur les lettres, une bonne focalisation de l’attention sur les zones pertinentes de lecture-écriture, exercent la mémoire à enregistrer efficacement les images mentales des lettres, syllabes, et mots. Toutefois au-delà de toute l’attention qui peut être stimulée par l’enseignant, il y a la compréhension proprement dite du mot, du texte. Dans le mot, dans la phrase et dans le texte, il y a une production de sens. Ce sens ne doit pas échapper à l’intelligence critique de l’enfant sauf s’il est foncièrement en panne devant toute production écrite de sens. Un exercice intéressant sur ce point permet d’identifier les compétences sémiotiques chez l’enfant indépendamment de ce qu’il soit dyslexique dysorthographique. On produit une série d’images six au total disposées dans le désordre et numérotées de 1 à 6. On demande à l’enfant de restituer les faits et de raconter l’histoire, en somme une synthèse de l’évènement. Une fois sur deux, on a une interprétation extrêmement cohérente, un récit pertinent de l’histoire sans aucune aide de l’enseignant. Cela suggère qu’un niveau de conscience qu’on peut  appeler sémiotique peut être impliqué dans le développement de la conscience phonologique. Ce qui veut dire en fait que lorsque le signe est suffisamment explicite, suffisamment interprétable du point de vue du sens, il ne constitue pas de blocage ni pour l’interprétation ni pour la restitution de sens. Tout se passe comme si l’enfant avait besoin d’un symbole qui permette de faire lien entre le signe et soi ou entre le signe et le réel ; comme si le niveau d’abstraction porté par le signe alphabétique dans sa transcription non moins abstraite sous forme de phonème-graphème soit de nature à dérouter la conscience phonologique en développement. Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés?

Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés?

Le professeur a la possibilité de faire usage d’une variété d’outils performants dans une optique d’aide, de soutien, de formation et remédiation. Certains des outils seront présentés de façon non exhaustive, les différents intervenants étant responsables des choix eu égard à leur stratégie d’enseignement, de formation et remédiation. Cependant une des premières choses à mettre en place est un soutien à domicile spécifique.

a)Sur la technique visuo-sémantique :

Objectif : mémoriser l’orthographe de certains nouveaux mots, mettre en place des moyens mnémotechniques

L’Orthographe illustrée, proposée par Valdois

Méthode accessible en ligne : http://melaniebrunelle.ca/orthographe-illustree

  1. b) Sur les homophones grammaticaux:

l’Atelier des accords des mots – Numéro 1 Edition (série homophones grammaticaux)

Ortho Cat’s 2 : Les homophones grammaticaux

http://france.catsfamily.net/main/sub.php?rub=OC1

 

  1. c) Sur la rédaction:

savoir faire une rédaction, Mini Chouette, CM1-CM2, Hatier

http://www.editions-hatier.fr/livre/mini-chouette-savoir-faire-une-redaction-cm1cm2-9-11-ans

  1. d) Sur l’écriture, les terminaisons verbales et les accords :

Ortho Cat’s 1 : Les terminaisons en « é, i, u »

http://france.catsfamily.net/main/sub.php?rub=O1

Dominos des terminaisons verbales – Numéro 1 Scolarité

L’Atelier des accords – Numéro 1 Scolarité (séries n° 5, 6, 7)

  1. e) Sur la recherche d’idées :

http://ien-montpellier-nord.ac-montpellier.fr/IMG/pdf/La_carte_mentale_outil_pedagogique.pdf

Auteur de ce texte Comment aider mon enfant dysorthographique à surmonter ses difficultés? : Valentin Teko, professeur à Numéro 1 Scolarité