adolescent dyspraxique numéro 1 scolarité

L’écriture est au centre des apprentissages scolaires, car elle permet d’accéder à de nouvelles compétences et de les développer. Ainsi, un élève qui a des problèmes vis-à-vis du geste d’écriture peut rapidement rencontrer des difficultés scolaires plus importantes. Un élève atteint de dyspraxie aura des  difficultés dans la réalisation de nombreux gestes, mais son trouble peut se manifester tout spécialement dans le geste d’écriture : c’est la dysgraphie. Face à de nombreuses tâches, dont certaines considérées comme basiques dans la scolarité, le dysgraphique peut se sentir dépassé et nécessiter un accompagnement particulier  dans sa scolarité.

Si le cours est écrit de façon illisible, comment l’enfant pourra-t-il le mémoriser à la maison ? L’enfant sera alors bloqué dans ses apprentissages, non pas car il ne comprend pas, mais parce que la connaissance dont il y a besoin n’est pas déchiffrable. Il est alors important de prendre en compte la dysgraphie de l’enfant à l’école.

En savoir plus à propos de la dyspraxie

Dysgraphie exercices et outils

Face à ce constat, pas de panique : dysgraphie et scolarité ne sont pas incompatibles. Il faut cerner les troubles rencontrés par l’enfant pour ensuite mobiliser les outils et exercices les plus appropriés pour lui permettre d’acquérir une écriture fonctionnelle et lisible. Les exercices peuvent être regroupés en différentes catégories, selon les aspects à travailler :

  • Les exercices de posture pour corriger le positionnement du corps et favoriser la bonne posture
  • Les exercices de motricité pour améliorer le contrôle de l’enfant sur l’outil
  • Les exercices prégraphiques pour favoriser l’aisance et la fluidité du mouvement
  • Les exercices de calligraphie pour travailler l’écriture en elle-même

En savoir plus à propos de la dysgraphie exercices et outils

Dysorthographie et dysgraphie

La dysgraphie dans la scolarité peut s’accompagner de dysorthographie. Lorsque l’élève doit déjà se concentrer sur la qualité de son écriture non automatisée, réfléchir en même temps aux règles d’orthographe à mobiliser demande un effort trop important Soumis à la fatigue d’avoir écrit lisiblement, il reste peu de temps et d’énergie à l’enfant pour une relecture consciente de l’orthographe. Ce trouble de l’acquisition de l’orthographe peut se manifester avec :

  • Des fautes d’orthographe (disparition de sons, inversions de lettres, ajout de lettres ou de syllabes)
  • Des mots collés entre eux
  • Des conjugaisons et accords difficiles à réaliser
  • Des erreurs de syntaxe dans l’organisation des phrases

En savoir plus à propos de la dysorthographie et de la dysgraphie

Dysgraphie dyspraxie

La dysgraphie dans la scolarité peut découler d’une dyspraxie. Ce couple dysgraphie-dyspraxie va augmenter les difficultés rencontrées par l’enfant dans l’exécution de gestes du quotidien et de l’écriture. Pour les dyspraxiques, tout geste est intentionnel et requiert une concentration importante dans l’exécution. Ainsi les tâches, même celles jugées les plus simples et rendues automatiques par l’habitude, sont une véritable source de fatigue pour l’enfant dyspraxique (coller une feuille, colorier sans dépasser, soigner son travail …). Ainsi, le geste particulier de l’écriture se trouve également touché par ce dysfonctionnement. Pour les enfants concernés, il est important de prendre en compte ces deux troubles conjointement.

En savoir plus à propos de la dysgraphie et de la dyspraxie

D’autres sujets pouvant vous intéresser :