Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire

/Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire

Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire à votre enfant dyslexique, dyspraxique, dysorthographique, dyscalculique, TDAH, précoce EIP ou en phobie scolaire.

Si votre enfant souffre de difficultés en lecture, ne comprend pas ce qu’il lit, même après plusieurs relectures, saute des mots dans les phrases, devine la fin des mots sans les lire, ne réussit pas à calculer, ne réussit pas à retenir ses tables de multiplication, n’arrive pas à résoudre un problème mathématique, ne réussit pas à utiliser facilement compas et équerre, ne réussit pas à être concentré plus de 30mn, rêve en classe,  est épuisé en fin de journée, s’ennuie en classe,  pleure avant d’aller en classe, oublie toujours ses affaires, a une écriture difficilement lisible…, il souffre peut-être d’un trouble de l’apprentissage.

Un Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire à votre enfant dyslexique, dyspraxique, dyscalculique, dysorthographique, précoce, TDAH, souffrant de phobie scolaire ou autiste. Tous rencontrent des difficultés dans leur scolarité en mathématiques, français et anglais en particulier. Nous sommes là pour les aider. Tous les professeurs de Numéro 1 Scolarité sont formés au soutien scolaire d’élèves porteur de difficultés d’ apprentissage : dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie, dysphasie, précocité, trouble attentionnel, autisme, phobie scolaire. Notre équipe de neuropsychologues spécialisée dans le suivi des enfants porteurs de troubles cognitifs travaille en concertation avec nos professeurs et vous offre un suivi complémentaire : remédiation cognitive et bilan neuropsychologique. Cette équipe pluridisciplinaire permet d’avoir une approche globale de votre enfant et d’apporter des solutions d’accompagnement scolaire pour enfants différents.

Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire

Nos professeurs de cours particuliers sont tous formés à des méthodes d’apprentissage innovantes : Psychologie cognitive, pédagogie différenciée,  pédagogie des gestes mentaux, outils Montessori, méthode « Bouge ta grammaire », cartes mentales… au sein de notre organisme de formation en Pédagogie différenciée, et disposent d’une base importante de ressources pédagogiques. Ces compétences font de Numéro 1 Scolarité le seul organisme de soutien scolaire en France agréé par l’Education Nationale. Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire à votre enfant. N’hésitez pas à contacter rapidement un de nos responsables d’agence pour savoir quel suivi mettre en place pour votre enfant.

Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l'échec scolaire

Tous les parents concernés peuvent en témoigner, l’échec scolaire est un enfer. L’enfant a beau être un champion de foot, un danseur hors pair ou un ami d’exception, ses difficultés d’apprentissage font de lui un loser et de ses parents, des incompétents, voila pourquoi il faut à votre enfant un Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire. Le tableau est exagéré? La psychothérapeute Jeanne Siaud-Facchin montre à quel point notre société, obsédée par la réussite professionnelle, fait de l’école une étape-clé de ce succès. Calmer l’angoisse, remettre l’instruction à sa juste place ou trouver des alternatives aux enseignements standards pour ouvrir les portes du savoir. Les psychologues scolaires reçoivent quatre garçons pour une fille parce que l’école fonctionne selon une logique verbale et analytique proche du mode féminin. Il faut toutefois vous rassurer, à l’âge adulte, les bons élèves ont plus de risques de développer des dépressions (12%) que les enfants au parcours chaotique (8%). Il ne s’agit pas de considérer qu’il vaut mieux être en échec scolaire pour se prémunir du pire, mais ces chiffres doivent faire réfléchir à la place que l’on donne à la réussite. En psychologie de l’enfant et de l’adolescent, près de 80% des demandes de consultation sont liées à un problème à l’école. Le sentiment d’être un bon parent est totalement dépendant de cette réussite, c’est malheureusement souvent le baromètre pour évaluer ses compétences. Les enfants qui sont entourés de bienveillance renforcent leur structure cérébrale, en particulier le lobe préfontal, cette zone située sous le front, qui permet précisément de réfléchir, de comprendre et d’analyser. Descartes se trompait quand il affirmait que pour bien penser, il fallait mettre les émotions à distance. A Numéro 1 Scolarité, notre soutien scolaire est fondé sur la bienveillance grâce à la pédagogie différenciée. Choisissez avec nous un Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire .

Il faut savoir que notre système éducatif  ne peut pas, malheureusement, prendre en compte la particularité de chaque élève : comment, par exemple, un enseignant  peut-il s’adapter aux exigences d’apprentissage de chacun, lorsque 20, 30 voire 35 élèves  sont dans une salle de cours?

L’OCDE montre un lien étroit entre la motivation à apprendre et la réussite scolaire. Par exemple, il existerait un fort lien entre le plaisir de la lecture et la capacité à lire. Ce lien est encore plus fort si le jeune sait adopter une stratégie d’apprentissage appropriée. Voila pourquoi Numéro 1 Scolarité propose un Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire

Pourtant, parmi les garçons de 15 ans, 40% d’entre eux affirment n’éprouver aucun plaisir à lire et 47% disent lire par ce qu’ils y sont obligés. Concernant l’école elle-même, 38% des garçons de 15 ans annoncent s’y ennuyer (19% pour les filles) et 41% d’entre eux considèrent l’école comme un endroit où ils n’ont pas envie d’aller (36% des filles). Ce constat de l’OCDE est rejoint par l’opinion des enseignants : 46% ressentent un moindre goût d’apprendre des jeunes. Ce taux passe à 57% pour les enseignants exerçant dans un lycée général ou technique. 

Les spécialistes de la pédagogie et les grands psychologues sont unanimes : nous avons tous des façons bien différentes d’apprendre et d’enregistrer l’information et d’aboutir aux déductions logiques des exercices, qu’ils soient de mathématiques, de physique ou d’économie. C’est la particularité de Numéro 1 Scolarité, nous nous adaptons grâce à la pédagogie différenciée et à notre Accompagnement scolaire pour enfants différents. Evitez l’échec scolaire.

Mais comment apprend-on ? C’est une question importante, car la très grande majorité des écoliers, des étudiants, et même des enseignants n’en savent rien. Selon une étude de la Direction de l’Evaluation et de la Prospective concernant les classes de CE2, très peu d’enseignants expliquent aux élèves comment apprendre. Par exemple 2 sur 3 n’expliquent pas aux enfants comment s’y prendre pour mémoriser les leçons. Pourquoi ? Les enseignants seraient-ils mauvais ? Certainement pas ! Tout simplement parce que le processus d’apprentissage est totalement inconscient pour la plupart d’entre nous et qu’on ne leur apprend pas à apprendre durant leurs études en leur expliquant le fonctionnement du cerveau d’un enfant.

Ensuite, chacun a sa façon d’apprendre. Il n’y a pas une bonne ou une mauvaise façon d’enregistrer l’information. Le danger pour un enseignant est de croire que, puisque sa méthode d’apprentissage fonctionne très bien pour lui-même, elle devrait forcément très bien fonctionner pour ses élèves. A Numéro 1 Scolarité nous enseignons à nos professeurs que chaque enfant est différent.

Lexique Dys

Ce sont des déficits localisés à des compétences précises mais qui ont des conséquences lourdes dans de nombreux apprentissages. Avec de mauvais repères spatiaux on se perd dans la lecture car les lettres « bougent », on montre de grandes difficultés à écrire correctement ou tout simplement à écrire sur la ligne, les opérations sont souvent fausses car elles ne sont jamais alignées correctement, et, bien sûr, tout ce qui a trait à la géométrie devient insurmontable. Même les cartes de géographie dans lesquelles l’enfant perd tous ses repères ! Quand ce sont les repères temporels qui sont affectés, l’enfant est vite perdu dans l’organisation, dans la méthodologie, il ne sait plus où il en est dans ce qu’on lui a demandé et fait les choses dans le désordre ou à l’envers. Les notions de temps, d’heure, de chronologie, de suites logiques lui deviennent inaccessibles. Et la lecture et l’écriture sont touchées. L’enfant s’embrouille, inverse les lettres, perd la structure et la syntaxe de la phrase,… Repères dans le temps et dans l’espace sont des bases nécessaires pour la plupart des apprentissages scolaires.

Il s’agit d’enfants à l’intelligence normale mais dont le développement des structures de pensée est en retard par rapport à l’âge ou encore s’est développé de façon dysharmonique (Dysharmonie Cognitive). Certaines fonctions cognitives ne se sont pas structurées alors que d’autres ont suivi le cours normal de leur maturation. La dysharmonie crée des décalages importants dans le fonctionnement intellectuel : dans certaines situations l’enfant ne montre aucune difficulté, dans d’autres l’échec est soudain et inattendu. Ce trouble est très déroutant pour l’enfant lui-même mais aussi pour les parents et les enseignants qui ont souvent tendance à penser que l’enfant le fait exprès ! Une relation persécuteur/persécuté s’installe et l’échec se double de troubles du comportement. Pourtant seule cette perturbation cognitive est à l’origine des problèmes de l’enfant.

Le trouble se manifeste par une agitation motrice et une impulsivité comportementale et cognitive associées à une atteinte importante des capacités d’attention. L’enfant est incapable de rester en place, s’agite, répond sans réfléchir et ne peut se concentrer sur son travail. Les erreurs d’étourderie sont très fréquentes, le travail est bâclé, rarement fini, les consignes sont peu respectées, le manque de persévérance est inquiétant. Le TDA/H concerne de 3 à 5 % d’enfants en âge scolaire. 50% de ces enfants sont en grave échec scolaire.

Ce trouble affecte tout ce qui a un lien avec le nombre, le chiffre, la logique mathématique, le calcul. L’enfant n’acquiert pas la notion du nombre, ne comprend pas les systèmes numériques, ignore tout de la logique arithmétique. La dyscalculie gène considérablement l’enfant car être nul en maths est vite assimilé à l’image d’un cancre. Pourtant l’enfant peut être brillant dans d’autres domaines mais sa dyscalculie va lourdement le pénaliser et le dévaloriser.

Ce trouble développemental durable touche l’acquisition et l’utilisation du langage oral. Il existe cinq grands types de dysphasie dont les manifestations sont très hétérogènes. Dans tous les cas, la communication verbale est altérée chez ces enfants intelligents et adaptés sur le plan de la personnalité. Les rééducations de ces types de troubles sont de la compétence des orthophonistes.

Moins connue et pourtant fréquente à une proportion de 6 à 8% des enfants de 5 à 11 ans. On relève un sexe ratio de 8,5 garçons pour une fille. La dyspraxie est un trouble psychomoteur qui affecte tout ce qui est geste volontaire et qui doit être organisé en séquences. Un enfant dyspraxique tombe souvent, se cogne, fait tout tomber autour de lui, donne des coups involontaires aux autres. Dans les jeux de cubes, les puzzles, les jeux d’assemblage l’enfant est perdu. L’enfant dessine peu et mal. Il dépasse systématiquement dans les coloriages. A l’école les conséquences arrivent vite : l’acquisition de l’écriture est laborieuse, le geste graphique est crispé, l’enfant forme mal ses lettres, écrit successivement trop petit ou trop gros, n’arrive pas à rester sur les lignes,… Les devoirs sont brouillons, mal présentés, sales,… Et surtout, l’écriture demande une grande énergie à l’enfant, alors il devient lent, ne finit jamais son travail,… et tout le monde s’énerve car personne ne comprend. L’enfant souvent brillant à l’oral est considéré comme fainéant, paresseux, incapable de fournir le moindre effort alors qu’il se passe exactement le contraire. Les enfants dyspraxiques redoublent très fréquemment car ils sont vite en échec à cause de l’écrit et rien ne s’améliore car le trouble ne se dissipe jamais seul. Ce sont des cohortes d’enfants en échec qui sortent trop souvent du système scolaire classique alors que la rééducation du trouble leur aurait permis une scolarité réussie !

Ce trouble développemental perturbe l’acquisition de langage écrit chez les enfants intelligents ne présentant ni trouble sensoriel, ni trouble psychologique, ni carence socio-culturelle grave. La dyslexie peut être de plusieurs types selon les fonctions cognitives touchées en jeu dans la lecture: dyslexie phonologique, dyslexie de surface, … Fréquemment la dyslexie peut être associée à d’autres troubles des apprentissages tel que la dysorthographie. Les rééducations de ces types de troubles sont de la compétence des orthophonistes.