La dyspraxie visuo constructive, qu’est-ce que c’est ?

C’est une dyspraxie motrice (à la différence d’une dyspraxie verbale), puisqu’elle concerne un trouble lié à l’exécution d’une tâche de construction : assemblage de choses entre elles. On y distingue les jeux (puzzles, Lego®…) et les activités plus adultes (la couture, le bricolage…). Ce sont des actions dans lesquelles on retrouve la nécessité d’effectuer certains gestes et de les ordonner chronologiquement pour arriver à ses fins.

En savoir plus à propos des symptômes de la dyspraxie

A quoi est due la dyspraxie visuo constructive ?

La dyspraxie visuo constructive trouve son origine dans deux causes principales :

  • Une origine physique : traumatisme à la naissance (enfant prématuré), traumatisme crânien
  • Une origine environnementale : enfant non stimulé dont les capacités se sont amenuisées

D’autre part, ces enfants, attirés par les activités orales, risquent d’être encore plus « accros » à la télévision, et l’excès d’écran ne fera qu’amplifier le phénomène de dyspraxie visuo constructive (principe malheureux du cercle vicieux).

Concrètement, on retrouve des anomalies telles qu’une difficulté d’analyse visuo-spatiale et une mauvaise coordination œil/main.

Quels sont les symptômes de la dyspraxie visuo constructive ?

La réceptivité aux activités de maternelle sera décisive. Chaque enfant a évidemment des points forts et des exercices dans lesquels il est moins à l’aise. Néanmoins, on peut commencer à s’intéresser à un diagnostic lorsque :

  • Le dessin de l’enfant est complètement désordonné, mais son commentaire est sensé
  • On constate une incapacité à réaliser des assemblages de son âge (puzzles adaptés)
  • L’enfant n’arrive pas fabriquer des choses ; frustré, il peut en devenir colérique

Concrètement, on retrouve des anomalies telles qu’une difficulté d’analyse visuo-spatiale et une mauvaise coordination œil/main.

Dans la dyspraxie visuo constructive, un modèle n’aidera pas du tout l’enfant : vous allez construire une pyramide six cubes, il sera totalement incapable de reproduire le modèle. Son cerveau n’arrive pas à faire le lien entre ce qu’il voit et ce qu’il doit réaliser. Inversement, si vous lui expliquez qu’il doit poser trois cubes, puis deux cubes et enfin un cube, il arrivera mieux à ses fins.

Bien que l’enfant s’entraîne encore et encore, il ne parvient toujours pas au résultat demandé. Ce n’est donc pas une question de savoir-faire, mais bien de « pouvoir faire ». On retrouve encore dans cette dyspraxie beaucoup d’enfants très intelligents, qui vont trouver des astuces pour contourner les difficultés, ce qui rendra ce handicap invisible encore plus compliqué à déceler.

D’autres sujets pouvant vous intéresser :