Comment faire pour savoir si votre enfant est hyperactif ou TDAH  afin de pouvoir l’aider au mieux.  Un soutien scolaire adapté est souvent la solution. Avant tout, précisons ce que veut dire TDAH. Cela signifie Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans hyperactivité, votre enfant n’est pas forcément hyperactif. C’est un trouble neurodéveloppemental qui se manifeste par des comportements d’inattention, d’impulsivité et d’hyperactivité et qui peut s’associer à d’autres troubles. Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? Il existe trois cas de figures :

  • uniquement le trouble déficit de l’attention (TDA)
  • trouble déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)
  • uniquement l’hyperactivité sans déficit de l’attention

Bien qu’il existe un outil diagnostique international, le DSM-5, le diagnostic d’un TDAH exige le recueil et l’analyse de plusieurs données et sources d’informations. Pour ne pas tomber dans certains écueils, il se pose généralement après l’âge de 6 ans. Cela demande donc du temps et de l’observation ce qui implique parfois une pose de diagnostic tardive. Mais comme tous les troubles des apprentissages connus, il existe des critères de repérage du TDAH.

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ?

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? Comment se traduit concrètement l’hyperactivité ? Quels sont les signes ?

Ce trouble est particulièrement handicapant pour les enfants tant sur le plan des apprentissages scolaires qu’au niveau des relations sociales. Ce sont des enfants qui sont souvent exclus, mis à l’écart, incompris car ils ne parviennent pas à se conformer aux règles. L’enfant est trop souvent considéré à tort comme « mal élevé » et le regard des autres est souvent difficile à supporter pour les familles. L’estime de soi en est évidemment fortement impactée. Il est souvent utile d’envisager un soutien scolaire adapté. Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ?

Au niveau de l‘attention, le trouble se traduit par :

  • des difficultés à prendre en compte des détails
  • des fautes régulières dites d’étourderie
  • des difficultés à rester concentrer durant des activités de jeux ou de travail
  • le fait que l’enfant ne semble pas écouter quand on lui parle
  • des difficultés à se conformer aux consignes que ce soit à l’école ou à la maison
  • un évitement des tâches qui nécessitent un effort mental important (faire ses devoirs, lire un long texte…)
  • la perte régulière d’objets
  • le fait de se laisser facilement distraire par des stimuli externes

Au niveau de l’impulsivité, l’enfant :

  • a du mal à attendre son tour et/ou interrompt souvent les autres
  • répond avant la fin de la question
  • termine la phrase de son interlocuteur

Au niveau de l’hyperactivité, l’enfant :

  • remue sans cesse les mains ou les pieds
  • a du mal à rester assis un certain temps
  • parle trop
  • s’engage dans des activités pouvant être dangereuses sans tenir compte des conséquences
  • ne peut pas s’empêcher de bouger même quand la situation est inappropriée.

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? Y a-t-il des troubles associés au TDAH ? Quels sont-ils ?

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? Parmi les troubles associés, il convient de prendre en considération les troubles du spectre autistique. En cas de suspicion de TDAH, le champ de l’autisme est souvent investigué car, à certains niveaux, les limites peuvent être parfois très fines entre l’un et l’autre. Ainsi ils peuvent être confondus ou associés. Dans ce dernier cas, l’enfant relève à la fois du spectre autistique et du TDAH. Des cours adaptés sont la solution pour sa scolarité.

Aussi, le TDAH s’accompagne régulièrement de troubles des apprentissages tels que la dyslexie, la dyspraxie, la dyscalculie…En somme, tous les troubles « dys » ce qui accentue considérablement les difficultés de l’enfant sur le plan des apprentissages scolaires.

Enfin sur le plan psychiatrique, le TDAH s’associe à des troubles de la conduite, de l’humeur, oppositionnel avec provocation, anxieux et/ou du sommeil.

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? Le TDAH est un trouble complexe et envahissant qui peut faire peur mais il existe diverses prises en charge pour canaliser et réduire les symptômes du trouble.

Quelle prise en charge ? Comment aider mon enfant concrètement ?

Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ? La prise en charge du TDAH est multimodale. En premier lieu, un bilan neuropsychologique semble être un point de départ nécessaire afin de tester les différentes hypothèses.  Puis c’est en réalisant plusieurs tests, évaluations, entretiens que les professionnels pourront, à la manière d’un entonnoir, préciser le diagnostic.

Lorsque le TDAH est avéré et trop important, un traitement médicamenteux peut être proposé type Ritaline, Quasym ou Concerta. Ces traitements ne sont pas anodins et doivent être strictement encadrés. Il est important de préciser que ce sont des psychostimulants ayant une structure chimique apparentée à l’amphétamine et qui s’inscrivent sur la liste des stupéfiants. Malheureusement on observe encore aujourd’hui des abus de prescription, par négligence ou facilité peut-être…

En tout cas, ces traitements médicamenteux doivent intervenir en complément lorsque les mesures éducatives et psychologiques s’avèrent insuffisantes pour maintenir des capacités attentionnelles acceptables. Comment savoir si mon enfant est TDAH ou hyperactif ?

En outre, ils peuvent avoir des effets secondaires non négligeables : risques neuropsychiatriques, cérébro et cardiovasculaires, effets possibles sur la croissance et la maturation sexuelle. C’est pour cela qu’il convient d’essayer d’autres mesures avant et qu’il est important que vous, parents, soyez en possession de toutes les informations avant de prendre la décision du traitement médicamenteux.

Donc avant de parler de médicaments, il faut engager une prise en charge pluridisciplinaire et un partenariat entre tous les acteurs indispensables à la réussite et l’épanouissement de l’enfant TDAH. Cela peut être lourd dans l’organisation du quotidien pour les familles mais cette multi modalité est nécessaire. On peut alors envisager :

  • une rééducation en orthophonie pour travailler sur les difficultés liées au langage écrit et/ou oral
  • une rééducation en psychomotricité pour travailler la latéralisation, le temps, l’impulsivité motrice…
  • une thérapie cognitive et comportementale (ou TCC) travaille sur les troubles du comportement et les pensées négatives
  • une guidance parentale pour apprendre à gérer le quotidien
  • une remédiation cognitive pour travailler sur les troubles cognitifs notamment les capacités attentionnelles
  • un soutien scolaire individualisé grâce à un bilan de compétences en français et/ou maths en complément de l’école permettent d’automatiser les connaissances et d’entretenir la confiance en soi

En définitive

Pour conclure, on se rend compte à la lecture de cet article de la complexité et du caractère handicapant du TDAH. Comme tous les troubles neurodéveloppementals, il est important de prendre conscience que les symptômes exprimés ne sont ni de la volonté de l’enfant ni d’une mauvaise éducation parentale. Un suivi pluridisciplinaire en collaboration avec les familles et beaucoup de bienveillance sont les clés de la maîtrise du trouble.