Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Lorsqu’un enfant éprouve d’importantes difficultés liées à l’apprentissage de la lecture, il est recommandé d’engager une remédiation spécifique et de lui venir en aide grâce à une pédagogie appropriée et adaptée à ses besoins. En parallèle des séances d’orthophonie, l’élève dyslexique a besoin d’apprendre de manière active et concrète, en découvrant comment se créer des repères efficaces. Cela implique par exemple un cadre multi-dimensionnel et multi-sensoriel destiné à stimuler la prise de conscience kinesthésique. Associée au canal auditif et au canal visuel, la conscience kinesthésique (qui concerne la sensation des mouvements) peut servir de guide, d’ouverture vers l’objet d’apprentissage. Si un élève en grande difficulté de lecture a des capacités avérées dans le tracé des lettres et dans le dessin, il pourra ainsi être intéressant de l’encourager à affiner cette aptitude en lui faisant prendre conscience de sa réussite. C’est à partir de cette situation de réussite que son attention pourra progressivement être portée sur la prononciation des lettres, la lecture des syllabes et enfin sur le déchiffrage réussi de mots. Nous allons voir plus en détails comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés à l’école?

En vue d’éclairer le type d’aide adaptée à l’enfant dyslexique (Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?) , nous souhaitons évoquer ici la nature des obstacles à surmonter et les moyens à mettre en œuvre. Nous verrons en particulier comment aider l’enfant dyslexique à s’améliorer grâce à ses points forts. Ce faisant, nous citerons quelques-uns des outils pédagogiques grâce auxquels l’action pédagogique est rendue efficace et attrayante.

Avec Numéro 1 Scolarité, comment aider votre enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Il est primordial de souligner tout d’abord que l’enfant dyslexique n’est en rien peu désireux d’apprendre. Comme tous les enfants, il a une réelle envie d’apprendre mais il est confronté à divers types de difficultés qui impactent sa capacité de mémorisation à court terme comme à long terme. Il va avoir besoin d’aide pour trouver les bonnes stratégies et pour persévérer dans ses apprentissages. Aussi est-il recommandé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée et spécifique pour activer son potentiel de cognition et d’apprentissage. Cela veut dire un rythme adapté, des outils pédagogiques spécifiques ainsi qu’une progression maîtrisée avec de fréquentes évaluations. La clarté des explications et la diversité des supports facilitent aussi les différentes étapes de l’apprentissage. Par exemple, s’il s’agit d’un nouveau mot à apprendre, on pourra l’intégrer d’abord dans une famille élargie de mots, pour en faciliter la compréhension et l’acquisition par la création de liens linguistiques et logiques. Puis l’utilisation dans des phrases courtes, avec des expressions simples et des exemples concrets en faisant appel à des supports visuels adaptés (adaptation de la taille de police des caractères, mises en gras, utilisations de couleurs), ainsi qu’à des illustrations ou figurines à manipuler, vont stimuler et faciliter la capacité d’évocation de l’enfant et donc sa mémorisation. Il sera important de faire travailler l’élève par étapes en choisissant avec lui le type de support qui lui convient le mieux. Mais il faudra aussi veiller à réactiver de façon régulière les notions acquises par l’enfant. Des retours fréquents sur une même notion sont en effet une condition sine qua non pour la mise en mémoire à long terme.

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Aider l’élève dyslexique, c’est aussi l’inciter à découvrir ses capacités propres et son potentiel. Pour ce faire, il est recommandé de recourir à une pédagogie différenciée souvent basée sur des activités. Parmi ces activités : devinettes, jeux de questions-réponses, dessins illustrant une notion ou un mot, cartes à manipuler, mini-exposés à l’oral, recherches sur internet, théâtre, jeux de rôle… La théâtralisation, par exemple, présente un aspect dynamique important. On constate que l’apprentissage d’une notion pourra être mieux perçu et compris si les éléments en sont théâtralisés. En effet, l’apprentissage est alors totalement actif.  Or, pour l’élève dyslexique, apprendre d’une façon active en produisant des réalisations concrètes valorisées par l’adulte, va permettre de surmonter les difficultés d’apprentissage : prenant alors confiance en lui et en ses capacités, il trouve à ce moment la motivation d’intégrer de nouveaux apprentissages. Ce processus vertueux favorise les progrès scolaires de l’enfant en permettant un développement plus épanouissant de sa personnalité.

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

Progression par petits pas dans l’étude des notions, recours à un lexique compréhensible, utilisation d’illustrations et de cartes à manipuler, adaptation des supports de lecture (police, présentation aérée), activités variées choisies en fonction des goûts et capacités de l’élève, valorisation de chaque situation de réussite : voici une liste non exhaustive des moyens à mettre en œuvre afin de permettre une progression harmonieuse et réelle.

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ? Des outils pour l’aider.

Penser au soutien scolaire à la maison avec un professeur spécialisé est bien souvent le meilleur outil à mettre en place. Pour plus d’informations cliquez ici.

Détaillons quelques pistes pédagogiques permettant à l’élève dyslexique de surmonter ses difficultés d’apprentissage en cours particulier.

  1. Le professeur de français formé en pédagogie différenciée s’appuie sur un certain nombre d’outils pratiques: aménagement des textes à l’aide de couleurs ; vignettes ou figurines à manipuler au fur et à mesure de la lecture d’un texte ; fabrication de cartes illustrées pour apprendre l’orthographe des mots ; symboles couleur (Montessori) en grammaire pour identifier les différentes natures de mots ; utilisation de petits schémas attrayants pour expliquer les règles ; possibilité d’utiliser le mime ou le chant pour faciliter la mémorisation par cœur.

Le professeur va s’appuyer aussi très régulièrement sur des jeux pédagogiques, extrêmement utiles pour pouvoir réactiver régulièrement les connaissances de façon ludique. Quelques exemples :

Il peut également conseiller des exercices de français en ligne sur des sites internet qui y sont consacrés.  Exemple:

http://www.ralentirtravaux.com/lettres/exercices/sixieme.php

  1. Comme évoqué plus haut, il est important que le professeur en cours particulier décompose les apprentissages et les présente par étapes. Les blocages que ressent l’élève dyslexique ne sont pas le fruit d’un manque de volonté d’apprendre, mais sont dus au fait que trop souvent il est mis en situation de double-tâche à cause des difficultés spécifiques induites par la dyslexie. Par exemple, il ne pourra pas répondre à une question de compréhension après une seule lecture du texte, parce que pendant cette première lecture il aura concentré tout son effort d’attention sur le déchiffrage des mots et que la construction du sens n’aura été que partielle. Le professeur formé aux troubles spécifiques des apprentissages a conscience de ce fonctionnement et accompagne l’élève en veillant à éviter systématiquement la situation de double tâche. Il sait présenter les informations par petits segments en ménageant les possibilités de répétition. Pour vérifier que le support de cours est bien utilisé et pris en compte par l’élève, le professeur peut par exemple guider la prise d’information dans un polycopié par l’utilisation du surligneur, puis revenir à ces informations au fur et à mesure de la séance en insistant sur les mots-clés, lesquels sont récapitulés en fin de cours.
  2. Enfin, le professeur formé aux troubles des apprentissages a l’habitude de renforcer la motivation de l’élève et son envie de réussir en lui permettant de rebondir sur ses points forts.

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ? Les exercices sont un point-clé de la remédiation. Il est utile de les prévoir assez courts avec des niveaux de difficulté très progressifs. Car en accumulant les petites victoires, l’élève va se rendre compte de ses progrès réels. Lorsqu’il se trompe ou ne trouve pas la réponse, il va  prendre conscience qu’il y a une connaissance qui doit être réinstallée ou qui est à acquérir. Les petites évaluations régulières sont donc des moments importants. Et il est aussi souhaitable que l’élève puisse se corriger lui-même autant que possible. Il apprend ainsi la rigueur, le réalisme, et s’habitue à rebondir. Quand l’enfant corrige lui-même ses erreurs, il est souvent plus attentif à ne pas les reproduire. L’auto-évaluation est ainsi un outil intéressant en ce qu’elle conduit l’enfant à réfléchir lui-même à sa façon de travailler et à trouver les moyens de l’améliorer.

 

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ?

La réussite à l’école et l’épanouissement personnel sont des objectifs importants pour l’enfant dyslexique, ses parents, et ses professeurs. Pour les professeurs de Numero 1 Scolarité, il est essentiel de connaître et d’avoir recours aux moyens pédagogiques les plus adaptés afin que chaque élève puisse préserver et développer son potentiel dans les meilleures conditions.

Penser au soutien scolaire à la maison avec un professeur spécialisé est bien souvent le meilleur outil à mettre en place. Pour plus d’informations cliquez ici.

Comment aider mon enfant dyslexique à surmonter ses difficultés ? Auteur de ce texte: Valentin Teko et Mélanie Colcanap, professeurs de français à Numéro 1 Scolarité