Le présent de l’indicatif 3ème Leçon et exercices

Pour télécharger la fiche Le présent de l’indicatif 3ème Leçon et exercices au format pdf: le présent de l’indicatif 3ème

Nom du professeur ARNAU Catherine

Niveau : 3ème                                              Matière : Français

Titre du chapitre VALEURS DES TEMPS

Leçon 2
Les valeurs du présent de l’indicatif dans le texte littéraire

Le présent d’énonciation est celui du moment où le narrateur raconte
ou celui où l’orateur parle ; il énonce un fait vrai au moment de l’énonciation :

Et je me vois réduit à chercher dans vos yeux une mort qui me fuit
(Jean RACINE)

Le présent de narration :
On distingue ici, temps du récit et temps du dialogue

« Vous l’aimez! » reprit l’autre, complètement hors de lui. « Ce n’est pas d’aujourd’hui que je le sais, allez. C’est depuis toujours. Il y a une différence. »( Bourget)

Le présent d’ habitude ou de répétition
exprime une action habituelle ou qui se répète :

Il vient ici tous les jours.

Au milieu du sillage, derrière, une petite chose grise, ayant la même forme que le navire et le suivant toujours entre deux eaux: le requin. Il y a toujours un requin qui suit, rarement deux; seulement, quand on l’a pêché, il en vient un autre (Loti)

Le présent permanent sert à caractériser un être, un lieu, un objet ; il s’agit souvent du présent d’un verbe d’état. Accompagné d’un attribut, il sert à exprimer une manière d’être du sujet (un être, un objet ou un lieu) :  « Être », « paraître », « sembler », « demeurer », « rester »
Premièrement, pour parler de mon humeur, je suis mélancolique, et je le suis à un point que, depuis trois ou quatre ans, à peine m’a-t-on vu rire trois ou quatre fois.(La Rochefoucault).

Le présent dans un récit peut servir à marquer un évènement passé :
Charles le roi, notre grand empereur,
Sept ans entiers est resté en Espagne :
Jusqu’à la mer, il a conquis la haute terre.
Pas de château qui tienne devant lui,
Pas de cité ni de mur qui reste encore debout

(La Chanson de Roland • Édition classique de Léon Gautier)

Hier, c’est le regret; demain, c’est l’espérance
 (Desbordes-Valmore)

 

 

 

 

Le présent peut exprimer un futur proche
Je vais donc vous déplaire et vous m’allez haïr
(Pierre CORNEILLE, Cinna, III, 4)

Hier, c’est le regret; demain, c’est l’espérance
(Desbordes-Valmore, Élégies)

Le présent peut exprimer un futur que l’on veut faire passer pour  imminent :
Et ce jour effroyable arrive dans dix jours
(Racine, Esther, I, 3)

Le présent duratif ou étendu : il vient du passé et déborde vers le futur
Tu dois pourtant savoir ce que signifie la paix pour des hommes qui depuis des mois se battent (Giraudoux)

 

 Présent historiqueprésent de l’indicatif employé à la place d’un passé pour rendre un récit plus vivant, comme dans la phrase « C’est le 4 août 1914 que la guerre éclate ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Les questions sont classées du plus simple au plus difficile.

Question 1 :

Identifiez la valeur du présent dans les extraits suivants :

Entre tes quatre pieds [Arc de l’Étoile] toute la ville [Paris] abonde
Comme une fourmilière aux pieds d’un éléphant
(Victor Hugo)

On répète encore longtemps, par habitude, ce que l’on ne croit plus (Joubert)

Dudule vous dira que quand je prends une affaire en main, on peut être tranquille (Beauvoir)

C’est un caniche. Il est blanc, et comme tous les chiens blancs en France, il a nom Black (Giraudoux)

− Êtes-vous bêtes! dit Nana, vous la faites rougir, cette pauvre mignonne… Va, ma fille, laisse-les blaguer. Ce sont nos petites affaires. (Zola)

 Charles dort jusqu’au lendemain, au clair jour (La chanson de Roland)

Question 2 :

Etudiez les ressemblances et les différences entre les valeurs du présent dans les extraits suivants :

césar, à Escartefigue. − Tu ne vas pas hésiter jusqu’à demain
m. brun. − Allons, capitaine, nous vous attendons!

(Pagnol)

Minuit sonna. − Minuit! dit-elle. Allons, c’est demain! Encore un jour! (Flaubert)

L’oreille paternelle reçoit de plein fouet un dernier : « Folcoche va crever! » (H. Bazin)

Question 3 :

Comment interprétez-vous les valeurs des présents dans les extraits suivants ?

Je m’agite, je cours languissante, abattue. (Racine)

À raconter ses maux souvent on les soulage
(Pierre CORNEILLE)

Devant le charnier des valeurs mortes, nous découvrons que les valeurs vivent et meurent en liaison avec le destin. Comme les types humains qui expriment les plus hautes d’entre elles, les valeurs suprêmes sont des défenses de l’homme
(Malraux)

Question 4 :
Quelle est la valeur du présent dans l’ extrait suivant ?

Les objets que nous voyons habituellement ne nous font pas apercevoir de la rapidité de notre vie, (Bernardin de Saint-Pierre.)

Question 5 :
Combien de présent, combien de valeurs différentes dans la phrase suivante :

Sa haine avorte, sa colère échoue. L’ouragan qui voulait des chênes à briser ne courbe que des roseaux et va se perdre dans les hautes herbes (Sandeau )

Question 6 :
Les présents ont-ils tous la même valeur dans l’extrait suivant ?
Justifiez votre réponse.

Le chômeur qui ne mange pas parce qu’il n’a rien à manger il est assis sur le trottoir il est très fatigué depuis le temps qu’il attend que ça change il commence à en avoir assez
(Prévert, Paroles)

Question 7 :
Indiquez les valeurs du présent dans l’extrait suivant :

La campagne se prête à toutes les divagations du rêve. On questionne bien tranquillement le ruisseau, l’arbre, les grandes luzernes: ils ne répondent pas et ce qui dégoûte des hommes, c’est qu’ils veulent toujours répondre aux questions qu’on leur pose. Chacun nous offre une certitude, une solution: c’est désolant. (Renard)

Question 8 :
Quelles sont les valeurs du présent dans l’extrait suivant?
Comment expliquer le passage du présent au passé dans cet extrait ?

— Paix ! dit Langlois.

Et il resta devant nous, bras étendus, comme s’il planait.

Oh ! Paix ! Pendant que recommence à voltiger le va-et-vient des torches-colombes.

Langlois s’avance. Nous n’avons pas envie de le suivre. Langlois s’avance pas à pas.

Langlois s’avance ; le loup se dresse sur ses pattes. Ils sont face à face à cinq pas. Paix !

Le loup regarde le sang du chien sur la neige. Il a l’air aussi endormi que nous.

Langlois lui tira deux coups de pistolet dans le ventre ; des deux mains ; en même temps.

(Jean Giono).

Question 9 :
Quelles sont les valeurs du présent dans les deux extraits suivants ?
Qu’expriment les deux écrivains quand ils passent du présent au passé dans ces deux extraits ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé…
Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre
Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre,
(Chénier)

Condamné à mort !
Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids !
Autrefois, car il me semble qu’il y a plutôt des années que des semaines, j’étais un homme comme un autre homme. Chaque jour, chaque heure, chaque minute avait son idée.[…]

Maintenant je suis captif. Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée. Une horrible, une sanglante, une implacable idée ! Je n’ai plus qu’une pensée, qu’une conviction, qu’une certitude : condamné à mort ! (Victor Hugo)